Allez au contenu, Allez à la navigation

Stratégie d'Investissement Avancée (SAI) : Une philosophie d'investissement innovante pour construire et intégrer les enjeux de demain

La Stratégie d'Investissement Avancée (SAI) développe une vision qui intègre les éléments Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) tout en portant un cran plus loin la réflexion.

État des lieux

Une augmentation des gaz à effet de serre et une raréfaction des ressources : de nouveaux modes de production, de consommation et d'usage

Réflexion

L'humain remis au centre : un retour sur les méthodes traditionnelles de création des villes et territoires & le bien-être, le confort et la santé de chacun

Adaptation

La Française, en développant l'approche SAI, prend en compte dans ces modèles la capacité des bâtiments qu'elles gèrent à s'adapter et à réagir à l'innovation

500
millions €

en Immobilier Durable

  • L’immobilier représente 18% des émissions de gaz à effet de serre, 23.1% des émissions de CO2 et 44.5% de l’énergie consommée.
    Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie – bilan énergétique de la France pour 2012
  • 80% des répondants considèrent un temps de transports supérieur à 40 min comme non acceptable
  • 62% des répondants travaillant dans Paris ou hors Paris préfèrent que l’immeuble dans lequel ils travaillent soit situé dans un quartier mixte que dans un quartier d’affaires

Les  4 critères majeurs qui définissent le « haut de gamme » pour les répondants sont : L'accessibilité, la localisation, la richesse des services et l’importance des services techniques (wifi)

Enquête sociodémographique réalisée par Quartier libre en 2013 : la perception des cadres franciliens pour SFL et la Mairie de Paris 200 répondants)

Rendre un immeuble durable et désirable, c’est maximiser son taux d’occupation.

Gérard Degli-Esposti, Directeur du Développement Durable et de la Planification travaux

L'approche Stratégie d'Investissement Avancée (SAI) de La Française : Une philosophie d’investissement pour construire demain

Quel état des lieux peut-on dresser pour l'immobilier ?

Réponse : Depuis la fin du XXe siècle, deux données fondamentales déterminent l'action de l'homme: le dérèglement climatique dû à l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre et la raréfaction des ressources en rapport avec l'évolution de la population mondiale et de ses modes de vie. Et cela dans un contexte d'accélération continue de l'innovation technologique (notamment au travers le développement du numérique).

Cette mutation rapide se traduit par le développement de nouveaux modes de production, de consommation et d'usage qui modifient profondément les mécanismes d'offres et de demandes. Dans le secteur de l'immobilier, elle a engendré un bouleversement radical des réglementations et des mécanismes de marché qui participe à l'obsolescence et au mouvement de destruction et de création de valeur. La prise en compte de la performance énergétique, la généralisation des certifications, le développement des politiques RSE dans les entreprises ou l'évolution des modes de travail ont accéléré l'obsolescence à un point tel qu'elle se développe aujourd'hui plus vite que la vétusté.

Quelles sont les orientations en matière d'adaptation à cette nouvelle situation ?

Réponse : Pour un grand nombre d'acteurs du bâtiment et de l'immobilier, un des récits les plus stimulants est celui de Jérémy RIFKIN publié en 2011 sous le titre "la troisième révolution industrielle"*
Un autre modèle mérite d'être cité. Moins médiatisé pour l'instant à cause du contexte politique et économique actuel, la RBR 2020-2050** pourrait être considéré comme un texte fondateur d'une nouvelle approche de la problématique liée à la transition énergétique.

Quelle est la vision du groupe RBR 2020-2050 sur la société à 2020 et à 2050 ?

Réponse : Au croisement de trois regards que sont l'homme, le territoire et le temps, la vision portée par le groupe RBR 2020/2050 – une société sobre, dé carbonée et désirable avec une adhésion citoyenne – s'appuie sur quelques convictions partagées :

- Il faut remettre l'homme au cœur de la réflexion

- Il est nécessaire de réinterroger profondément les méthodes traditionnelles de fabrication des villes et des territoires dans leur rapport à la densité, la mobilité et la mixité sociale

- L'un des déterminants du bâtiment et des territoires de demain sera leur rôle dans le système de production énergétique

- Si la question de l'énergie est centrale, les questions de bien-être, de confort et de santé occuperont demain une place prépondérante compte tenue d'une demande sociale croissante

Mais alors, quels rapports avec l'ISR et la SAI ?

Réponse : Il est flagrant de constater combien ces approches répondent à la problématique de la mutation et combien elles font référence à la critériologie ISR et SAI développée pour l'investissement immobilier.

Approche environnementale en entraînant les citoyens vers un nouveau comportement en matière d'utilisation des énergies, mais aussi sociale en replaçant "l'homme au centre" et en privilégiant les questions de bien-être et de confort, et enfin sociétale en pensant le bâtiment comme un élément "intelligent" du territoire.

Tous les critères avancés par les analystes désignent des paramètres liés à la territorialité, à la qualité d'usage, à l'adaptabilité ou à la performance (notamment énergétique) et à un autre niveau font référence à l'intelligence du territoire, à la citoyenneté et à la décentralisation, à la démocratie énergétique, à la responsabilité et à la solidarité.

Dans la 3e révolution industrielle, l'immeuble ne sera pas un simple accompagnateur de la mutation, mais un des moteurs de la grande transformation. L'enjeu représente un défi inédit pour les professionnels concernés.

Pour y répondre La Française en développant l'approche SAI prend en compte dans ces modèles la capacité des bâtiments qu'elles gèrent à s'adapter et à réagir à l'innovation.

En même temps, en introduisant une approche ciblée, en référence à une critériologie environnementale et sociétale, la SAI abordent la problématique de l'obsolescence et s'inscrivent dans un mouvement citoyen et responsable.

  • Mars 2009

    Mars 2009

    Engagement dans l'ISR et lancement du premier OPCI ISR du marché

  • 2011

    2011

    Signature des PRI (Principes for Responsible Investment)

  • 2011

    2011

    Réalisation du premier bilan carbone® La Française

  • 2012

    2012

    Lancement de l'Observatoire de l'Immobilier Durable (OID) (dont La Française REM est membre fondateur)

  • 2012

    2012

    Partenariat avec Green Cross

  • 2013

    2013

    Signature de la Charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés et Lancement du 2ème OPCI ISR

  • 2014

    2014

    Signature du CDP (Carbon Disclosure Project)

Haut de page
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.